douleur oro-faciale

Qu’est-ce que la douleur oro-faciale (DOF)?

Qu’est-ce que la douleur oro-faciale?

Selon le American Academy of Oro-facial Pain, la douleur oro-faciale (DOF) comprend la prévention, l’évaluation, le diagnostique, le traitement et la réhabilitation de la douleur et désordres oro-faciale.

Ce domaine est présentement enseigné comme une spécialité au sein de plusieurs universités au monde. Il est aussi pratiqué comme une spécialité au niveau international. Par contre, elle n’est pas encore reconnue officiellement au Canada et aux États-Unis.


Comment traiter la douleur oro-faciale?

Tout d’abord, il faut bien diagnostiquer la douleur: provient-elle d’une source intra-orale (exemple d’une dent ou des gencives), ou extra-orale telle que l’ATM, la structure musculo-squelettique, le système nerveux, ou bien reliée à une condition médicale ? Ensuite on doit chercher sa cause, ce qui n’est pas toujours évident, surtout avec la douleur qui persiste depuis fort longtemps (la douleur chronique).

La première étape consiste à bien écouter l’historique de la douleur. Neuf fois sur dix, la description de la douleur et son historique nous fournit des indices importants pour diagnostiquer correctement. Ensuite, on procède à un examen complet incluant les structures bucco-dentaires, le fonctionnement des nerfs crâniens (sensation et fonction motrice), les muscles de la tête, du cou et des épaules et finalement l’ATM et l’occlusion.

La deuxième étape consiste à faire des tests nécessaires pour confirmer un diagnostique ou investiguer davantage un cas complexe. Si on doute d’une cause dentaire, on peut tester cliniquement la vitalité des dents, faire un dépistage de maladies de gencives et prendre des radiographies dentaires pour évaluer l’existence d’une cause pathologique. Pour les cas des dysfonctions temporo-mandibulaires (DTM), on procède à la vérification du fonctionnement de l’ATM et des muscles de la tête et du cou. Saviez-vous qu’une douleur au niveau du cou peut occasionner des douleurs et/ou tensions au niveau de la mâchoire, ainsi qu’occasionner des céphalées (maux de têtes)? De plus, une douleur à la mâchoire peut référer la douleur au niveau d’une dent, même jusqu’à l’oreille! Si une névralgie ou une dysfonction du système nerveux est en doute (par exemple une tumeur, la sclérose en plaque, etc), on travaille conjointement avec des médecins pour prescrire des tests plus complexes tels que la résonance magnétique ou un scan du cerveau.

Dans certains cas, où une condition médicale (par exemple l’arthrite rhumatisme, l’apnée du sommeil), une infection virale (par exemple le zona) ou bactérienne (par exemple maladie de Lyme) est en doute, des tests plus appropriés pourraient s’avérer nécessaires tel qu’un bilan sanguin particulier.

La troisième étape consiste à traiter nos patients. Pour les maladies dentaires et parodontales, votre dentiste pourrait prodiguer les soins dentaires ou vous référer à un collègue spécialisé. Toutefois, si votre condition est reliée à un DTM, les cas simples peuvent être traités par des conseils pour reposer les muscles de la mâchoire et l’ATM, et parfois par une plaque occlusale standard. Le but est de promouvoir la guérison naturelle de notre corps car les DTM sont souvent autolimité. Parfois, des cas plus complexes peuvent nécessiter la fabrication d’une plaque occlusale différente, des injections musculaires et la prescription de médicaments incluant des analgésiques. La plupart du temps (85% des cas) ces traitements suffisent pour promouvoir la santé. Dans certains cas la douleur et/ou la dysfonction peut persister.

A ce moment-là, il faudrait envisager d’autres traitements tels que la physiothérapie, l’arthrocentèse, etc. Pour les autres conditions incluant les névralgies, les céphalées et maladies systémiques, des médicaments sont souvent nécessaires pour contrôler la douleur. En cas d’apnée du sommeil, un appareil (le CPAP) pourrait s’avérer nécessaire ou une orthèse d’avancement mandibulaire. Pour ces conditions plutôt médicales et complexes, nous travaillons souvent en équipe avec d’autres professionnels dans le domaine de la santé tels que le médecin de famille, un ORL, un neurologue, un physiatre, un pneumologue, un rhumatologue, etc.

Alors, qui peut traiter la DOF?

Ça dépend! Si la source de la douleur provient de la bouche, votre dentiste est la meilleure personne à consulter. Les cas simples de DTM pourraient être gérés par un dentiste intéressé par ce domaine. Faudrait mieux confier des cas complexes ou réfractaires à quelqu’un qui a reçu une formation plus approfondie au sein d’un centre universitaire. Pour les névralgies, céphalées, l’apnée du sommeil et maladies systémiques, un dentiste spécialisé pourrait gérer le cas avec la complicité d’un médecin.

En conclusion…

La DOF est souvent relié à une maladie dentaire (9/10). Par contre on peut sentir une douleur au niveau d’une dent qui proviendrait d’une autre structure anatomique tel qu’un muscle, un ligament, l’ATM ou le système nerveux. Alors, une fois que votre dentiste a exclu une cause dentaire, ou un cas simple de DTM, il est nécessaire d’investiguer plus loin, en consultant un dentiste qui a reçu une formation formelle au niveau universitaire.

Dre. Zovinar Der Khatchadourian
Dentiste généraliste (McGill, 1994)
Diplôme en douleur oro-faciale (University of Kentucky, 2012)

Pour d’autres informations je vous invite à consulter le site web du American Academy of Oro-facial Pain au www.AAOP.org, sous l’onglet patient ressources.

Partagez l’article...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire